Archive for January, 2012


January 2012 Post Summary

The list of posts for January 2012 is in reverse chronology.

Scroll down and read from the bottom up.  Enjoy!

Apprendre le japonais en autodidacte

A post in French for self-learners of Japanese written by Jeremy.

Week 8 of 中文. How to learn a language?

Week 8 of my Chinese learning Diary.

Africans in Asia, finding a place to call home

A news article about Africans living in Asia.

World of Warcraft style language tool, a Godsend? Yes!

Role playing games as a language learning tool.

Cindy Chen 朋友 sung by Layinka

Music. Audio recording of me singing a song called Pengyou by Cindy Chen.

Why learning Chinese is hard, Not!

A few things you should know about Chinese.

San Zi Jing

Text for Chinese kids to teach them values.

Week 7 of 中文 1/2。What is your learning style?

Week 7 of 中文 2/2。What is your learning style?

Week 7 of my Chinese learning Diary.

Week 6 of 中文

Week 6 of my Chinese learning Diary.

Generation No More, Nigerians take a stand!

News post about Nigerians and the reasons behind the January 2012 nation wide strike.

Mass migration in the internet age is changing the way that people do business

a collection of news articles on mass migration plus my opinion.

Hunchback of Notre Dame – sung by Layinka

Music. My audio version of Esmeralda’s song, God save the Outcasts.

Advertisements
Voici un message ecrit par Jeremy sur l’apprentissage du japonais en autodidacte. Bon ce message date de 2006 mais je trouve qu’il est toujours d’actualite. Ses conseils s’appliquent biensur a toutes les langues.Site original de ce message 
Sujet: Apprendre le japonais en autodidacte   Dim 7 Déc 2006 – 13:29

Osu!O matase shimashita. (expression utilisée couramment en japonais pour s’excuser d’avoir fait attendre quelqu’un, parfois abrégée en “omatase”)Donc je vais te faire un petit topo sur l’apprentissage du japonais en autodidacte. Je vais essayer de te faire ça à peu près correctement pour que ce fil puisse reservir, cette question de l’apprentissage en solo revient souvent en effet. Je resterai d’abord dans les généralités, balance tes questions si tu veux savoir des choses plus précises ensuite, genre comment apprendre les kanji, où acheter un denshijisho etc.

APPRENDRE LE JAPONAIS EN LOUP SOLITAIRE

Alors d’abord pour mettre les choses au clair : pour apprendre le japonais l’envie et la motivation c’est l’essentiel! Quand vous avez ce désir de vous mettre au japonais, vous tenez déjà le bon bout. Le reste compte bien sûr, mais l’envie est de loin l’ingrédient principal.

Ensuite comment compenser la solitude de l’apprentissage en solitaire? Comment en contourner les pièges et les difficultés?

Là-dessus c est vrai que nous ne sommes pas tous égaux, il y a des gens qui s’y font bien et d’autres pour qui ça le fait moins bien, voire carrément pas du tout, et c’est aussi vrai que moi je suis un exemple assez extrême du cas numéro un : celui on l’on s y fait sans problème… Ce sera d’ailleurs l’inconvénient majeur de ce court exposé : il est écrit par quelqu’un qui a pratiquement été conçu pour l’apprentissage en autodidacte ^^;;;;

Une époque favorable

Un autre point très important, nous sommes à une époque très favorable à ce type d’apprentissage, et pour ne mentionner que quelques unes des raisons qui me font dire ça, je parlerai d’Internet et de la mondialisation des échanges.

Le Net, pour faire simple et je reviendrai dessus, c est l’accès facile et quasi illimité à l’information ainsi qu’aux contacts avec d’autres personnes.

La mondialisation des échanges, c’est un monde où il n’y a plus rien d’incongru à vouloir en savoir davantage sur l’Autre, même si ce dernier n’a rien à voir avec sa propre culture et qu’il vit à des dizaines de milliers de kilomètres de chez soi.

Si j’avais vu le jour dans le même milieu social (ouvrier) 20 ou 30 ans plus tôt, d’une ma passion pour le japonais aurait été très probablement mal comprise, et deux au niveau de l’accès aux ressources j’en aurais bavé comme c’est pas possible!!

Je suis fermement convaincu que si j ai pu aller aussi loin dans mon apprentissage du japonais en autodidacte, c’est bien sûr grâce aux effort que j’ai fournis, mais aussi parce que le contexte et l’époque se prêtent très bien à ce type d’entreprise.

Résultat des courses, par sa richesse et sa diversité en matière d’informations Internet permet à un apprenant autodidacte de conserver un niveau élevé de stimulation, même si fondamentalement l’environnement dans lequel il vit n’est pas du tout propice à l’apprentissage du japonais. Le Net est à mon avis un des atouts majeurs pour ne pas tomber dans le découragement ou laisser mourir une bonne intention. La grosse difficulté du Net étant bien sûr de pouvoir faire le tri dans cette jungle d’infos aux sources souvent inconnues…

D’emblée, une petite liste non exhaustive de sites que je conseille.

*Les forums de discussion, mais en gardant à l’esprit que tout ce qu’il s’y dit ne doit pas être pris pour argent comptant.
Japon.org
http://www.lejapon.org/forum/
France Japon.net
http://france-japon.net/forumjapon/
Forum Japon
http://www.forumjapon.com/forum/
Nous ^^

*Les SNS, type MIXI ( http://nantes-japon.cultureforum.net/izakaya-f4/mixihein-t47.htm?highlight=mixi ) qui vous permettent de trouver des correspondants. Une langue c’est avant tout quelque chose qui se parle, donc la PRIORITE ABSOLUE est de se construire un véritable environnement japonophone. L’ordinateur ne remplacera jamais un être humain. Et crois-moi que quand tu auras trouvé ton Alter Ego au Japon (euh là qu’on me comprenne bien je parle pas obligatoirement de relation amoureuse hein, même si parfois on peut s’amouracher de son/sa correspondant((e)) ^^; ), càd une personne avec qui tu partages énormément que ce soit au niveau des compétences en langues, de votre attirance pour vos cultures respectives, vos centres d’interêts etc, l’apprentissage prend une toute autre dimension et se fait avec beaucoup plus de naturel.

*Les sites d’apprentissage de la langue japonaise. Je les connais mal, mais je crois savoir qu’il en y a de très bien faits. Attention toutefois à la véracite des infos que l’on y trouve.

*Les dictionnaires (et, hélas me diront certains, là-dessus la connaissance de l’anglais aide vachement) que l’on trouve sur la Toile.

*Les Vidéos! Youtube, Dailymotion et cie. Internet est un outil formidable pour lire et entendre du japonais. L’otakuisme est très souvent critiqué mais dans le cadre de l’apprentissage du japonais les anime/manga/drama etc sont d’excellents moyens de s’ameliorer. Déjà rien qu’en écoutant du japonais, même si vous n’y comprenez rien, inconsciemment vous vous habituez à la langue, sa mélodie, ses intonations, sa gestuelle (et oui tout n est pas linguistique dans une langue! ^^), ses accents, son rythme, ses registres… Si plus tard vous decidez de vous mettre sérieusement à l’étudier, croyez-moi le “temps d’exposition à la langue”, même complètement passif, joue.

Quand j’aurai le temps (et le courage…) je tâcherai d’aborder aussi les deux thèmes suivants :

*Comment, indépendamment de son niveau en langue, faire de la visualisation d’une vidéo en japonais autre chose que du temps… bah un peu perdu en fait, enfin pas franchement productif quoi.

*Que lire en japonais?

Hors Net

Maintenant n’oublions pas qu’une écrasante partie de l’histoire humaine s’est déroulée sans le Net et que nos amis les livres sont aussi là pour nous aider. Et contrairement au Net, les livres sont des ressources en lesquelles il est beaucoup plus facile d’avoir confiance, c’est pour cela que je conseille d’avoir de bons bouquins pour apprendre le japonais. Je dirais même plus, l’apprentissage d’une langue étrangère chez l’adulte (=le non-enfant) se fait par nature de façon beaucoup plus logique et rationnelle que celui d’un enfant. Il DOIT donc passer par des cours théoriques, et ça seuls de bons bouquins peuvent le faire.

D’une façon générale, la diversité des ressources est essentielle, car il n’y a pas qu’une manière d’apprendre une langue. Oui, ce n’est pas forcément la solution la plus économique, mais commencer le japonais en suivant sérieusement et en parallèle 2 ou 3 méthodes, ça peut avoir des effets très bénéfiques. Moi pour les premiers pas en japonais j’ai un faible pour Parler Japonais en 40 lecons (http://www.amazon.fr/40-lecons-pour-parler-japonais/dp/2266130633 ). Mais ça peut être bien de combiner cette méthode avec le Tome 1 du célèbre Japonais sans Peine d’Assimil (http://www.amazon.fr/Japonais-sans-peine-1/dp/B00008CTCJ ), ou d’autres méthodes qui nous parlent, dans tous les cas gardez en tête qu’il n existe pas d’approche unique et qu’il est préférable de faire varier les points de vue.

Je recommande également l’utilisation d’un dictionnaire electronique(denshijisho), ça ce ne sont pas les membres des NHGKWK (www.youtube.com/watch?v=Y7kbK0loNI4 ) qui vont me dire le contraire… Inconvénients du denshijisho : investissement relativement lourd et pas forcément très utile quand il s’agit des premiers temps de l’apprentissage.

22 septembre 2010 – note de l’administrateur :
l’article sur les denshijisho est maintenant disponible ici : http://keisetsunokoo.over-blog.com/article-dictionnaire-electronique-denshijisho-57497112.html

Un peu de planification, se fixer des objectifs

Une question que se pose souvent l’autodidacte ; “mais pourquoi je me fais chier à apprendre cette langue?”…

La simple perte de motivation peut être à l’origine de cette interrogation, auquel cas bah… il faut penser à s’arrêter, mais cela peut aussi être dû à l’absence d’objectifs réels. Dans ce cas de figure moins désespéré, il peut être souhaitable de se fixer des objectifs. Par exemple : apprendre 10 ou 15 kanji par semaine, 10 mots par jour, 365 proverbes par an, faire 20mn d’écoute par jour, se préparer des listes d’expression ou de mots à apprendre, lire une page de dictionnaire par jour… Bref, l’écueil classique de l’apprentissage en solo c’est de passer plus de temps à se demander ce que l’on va faire que d’apprendre réellement. Même s’ils sont arbitraires, se fixer quelques règles ou quelques objectifs peut beaucoup aider.

D’ailleurs en parlant de fixation d’objectif, un petit mot sur le JLPT. En gros c’est l‘équivalent japonais du TOEIC. Plus d’infos sur le wiki : http://fr.wikipedia.org/wiki/JLPT

Le JLPT a lieu une fois par an à Paris, sa progression est régulière et parfaitement cohérente, il existe en plus une foultitude de très bons bouquins qui y préparent, donc dans le cadre de sa fixation d’objectifs le JLPT peut être un très bon plan. Inconvénients : un examen assez passif où on ne fait qu’entourer la bonne réponse et en dessous du niveau 2 (déjà très dur pour un français) les diplômes ne servent pas à grand chose, sinon être fier de soi (ce qui est déjà pas mal). Il n’en demeure pas moins que la seule préparation à ce test booste votre japonais.

Attention quand même à la surplanification, ça peut se retourner contre soi, souvenons-nous (pour ceux qui sont nés suffisamment tôt dans les années 80) de l’Ex-URSS…

Une dynamique sociale

Il faut savoir jouer sur tous les tableaux quand on apprend une langue. Il y a des moments où il faut bûcher sur des bouquins de grammaire, des moments où il faut bêtement aligner des lignes et des lignes du même kanji pour se faire les doigts, des moments où il faut se contenter d’écouter pour se faire les oreilles, des moments où il faut se jeter à l’eau et parler en se fichant totalement de ce que pensera l’autre pour se faire la bouche, des moments où il faut lire pour se faire les yeux… Dans tous les cas l’apprentissage doit être dynamique, diversifié. On n’avance pas enfermé dans sa chambre le nez collé à son écran d’ordi. Le mot d’ordre est donc lancé :ECHANGEZ! (Et venez aux NHKWK aussi! ^^)

Quels avantages y a-t-il à échanger avec d’autres êtres humains? (exemples…)

*Bénéficier de l’expérience et du savoir d’apprenants plus avancés que nous

*Gagner en motivation en rencontrant des gens qui partagent nos intérêts

*Recevoir de la motivation (pratique pour les périodes de découragement)

*Effet compétition positive, sans rentrer dans un délire obsessionnel de superiorité, l’apprentissage avec des gens qui ont peu ou prou le même niveau que soi peut s’avérer extrêmement bénéfique.

Etc etc

En conclusion

Voilà, c’est très brouillon et ça part dans tous les sens, donc n’hésitez pas à me compléter ou à poser d’autres questions.

Je terminerai en vous disant qu’en dehors des quelques tarés monomaniaques comme moi, on est autodidacte que par défaut, l’idéal est bien sûr d’avoir un prof, d’être dans une école ou mieux : d’être sur place (ce que j’ai réussi à faire!^^).

Mathieu, tu peux aussi trouver sur Nantes des japonais qui peuvent te donner des cours (par contre ce sera à toi de les trouver et de définir sous quelle forme faire le cours : échange linguistique français/japonais ou cours particuliers avec rémunération).

Allez, gambarimashoo minna.

Jérémy

_________________
勉強第一
Moi j’aime bien les kAAANNNji
電子辞書はとても便利なものです。
orayoooo gozaimasu ikkai
http://keisetsunokoo.over-blog.com/

Jump into it and hang on because everything you do counts

你好吗?

I am two months into my one year journey and I am going strong. I am not discouraged in any way and I cannot go a day without hearing Chinese or writing Hanzi.

I was browsing the internet and I came across an article entitled: ‘How to learn a foreign language?’ I remember reading many similar posts in the past on this matter and my only observation was: the time spent reading such articles could have been invested in learning the language of my choice. There is no magic bullet. Just like it takes at least 28 days for the concrete foundation of a building to cure, it also takes time for you to adapt to your new language. This may be 10 days for some or 90 days for others. Who cares, just start.

I still spend more time on other things than learning Chinese but I have set a few daily goals. The difficulty I encounter is ensuring I accomplish my daily goals and not ensuring I learn Chinese.   What do I mean by this? Well sometimes, I don’t want to pick up my Chinese book or listen to Chinese lessons but I train myself to do so. Sometimes I pick up the books and I start reading and learning and I just won’t stop. So I train myself to set the time and stop once I have done my two hours of Chinese. My two hours of daily Chinese can be divided into 30 minute sessions. The essential thing is that I get my two hours of lessons per day because this is approximately the time it takes to accomplish my Chinese tasks. Sometimes I finish earlier than planned, so what do I do? Well I let go and stop.

As you can see, my greatest hurdle is discipline. Seen from this angle, I think I am embarking on a journey that will make me into a more efficient being, a journey that should boost my confidence and the way I perform.

As an individual, I would describe myself as somewhat disorganised, full of energy, a list maker and time traveller (I often day dream and I like to do so). That is my nature and I embrace it. What I am doing is trying to find a way to use these traits to my advantage. I know that when I am at my best, learning is easy as ABC. When I am at my lowest, I am struggling with myself. Just like you would not force a child to do what s/he does not want to do and instead you adapt, I am learning to do exactly that with myself. I am only human…

The Language Learning Lab investigates how infants learn from statistical regularities in the language they hear and the nature of what they learn.

The Language Learning Lab investigates how infants learn from statistical regularities in the language they hear and the nature of what they learn.

My real goal is to always make the time to learn my languages, always have the ability to adapt my routine to my life. Therefore the trial and error period I am going through is not a waste of my time. From what I understand, it is the time I need to build the foundation for a lifetime of personal satisfaction.

I am certain that in the future, I’ll be able to apply this acquired discipline and time management skill to learning another language, the violin, to ride a camel and the list goes on.

Yes, this learning experience is turning out to be a lesson in life

So Confucius what is your take?

Confucius: “It does not matter how slowly you go as long as you do not stop.”

Amen!!!

 

Previous post

Next post

NEWS

I was busy spring cleaning parts of my computer hard drive when I found this article. I thought I would share this happy story about an Ethiopian family living in Xiamen ( 2009) as well a not so happy story about Ethiopians in Kyrgystan (2012). In my opinion both stories exude courage and hope.

Article from the ChinaAfrica paper December 2009

Kyrgyzstan – the Ethiopians by Andrew Dickinson


I came across this book entitled Effective electronic gaming in education by Richard E. Ferdig.

I have not had the chance to read it yet, I hope to do so when the time is right.

Why is this book of interest to me?

Firstly I love culture and I like teaching which to me means sharing knowledge. Sharing culture can only be done through language and I feel that that is the main reason why I love languages. Through hard work, language gives me the possibility of accessing another world and being a part of it. Secondly I like this book so far (I have read the introduction only) because it is centred around gaming. I love games, I was such a loyal gamer that I played World of Warcraft regularly, had a human mage, elf rogue, and dwarf hunter all to level 60 as well as other characters. I had serious objectives that I needed to attain and alternated between French and British realms. I learned to play WoW and picked up the vocabulary surrounding the MMORPG in French and English. I am fluent in WoW. I also managed to pick up a rare purple sabertooth mount after lots of work and no help from bots. These feats may not seem like much but I played WoW the day it came out in France and a year later I had several level 60s and then I stopped. This experience revealed quite a few things I did not know about myself:

  1. I don’t lack dedication but sometimes I cross over to the other side and become a techno hermit. I have learnt to manage this particular behaviour. My biggest accomplishment was stopping my addiction in 2005 and replacing game work with home work.
  2. When immersed in something I love, I learn everything about the immediate environment. I was a regular on WoW fora looking for tips on how to %*$ and carried out extensive research on the professions to choose and the skills sets I needed to nurture. For example, elves by nature can become invisible, it seemed logical at times to train as a rogue, stealth being an asset and then pick up leather working or poison-making as a profession. Leather working because rogues could only wear leather and anyway rogues are fast killers and so on.

So imagine if I had played a game like WoW that was just as fun and picked up a language that was useful in the real world, sky’s the limit. I must say that in WoW you do manage money, work in teams, sometimes you become Guild leaders and sometimes you become the fairy Godmother, I was more the latter than the former. I used to hang around low level instances (level 10 to 20) as a level 40 mage helping friends and strangers complete their quests which is what I loved doing the most. So one could say I am a not-for-profit oriented mage. Therefore, there is no shortage of real world skills within the world of WoW and leadership is an important part of WoW when going through instances and killing your xxxx millioneth Orc.

All this to say that true MMORPG style games as a language learning tool would be a Godsend to visual learners and language aficionados.